Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 mai 2008 6 24 /05 /mai /2008 18:03

Dis-moi ce que tu manges, je te dirai qui tu es!

 Ma façon de me nourrir a évolué petit-à-petit, au fur et à mesure de mes prises de conscience éthiques, écologiques et diététiques et grâce aux informations glanées ici et là. 
Aujourd'hui, j'ai envie de vous faire partager mes découvertes, au travers d'une série d'articles.

Pour commencer, je vais vous parler des œufs.



Manger autrement ou Quand éthique, écologie et diététique se rencontrent, c'est triplement bon!

 On ne fait pas d'omelette sans casser d'œufs... bio




Il y a 3 façons de produire des œufs: les œufs de batterie, les œufs de poules élevées en plein air et les œufs biologiques.

Savez-vous comment sont produits les œufs de batterie? Si j'en crois les dessins champêtres sur les boites d'œufs, j'imagine des poules gambadant dans un pré. La réalité est bien différente.

Pour vous, en exclusivité, voici les informations que j'ai trouvées sur www.oeufs.org
, un site qui lutte contre l'élevage en batterie.


"En Europe, plus de
80% des poules élevées pour leurs œufs sont détenues dans des cages de batteries."
Les poules sont entassées à 4 dans des cages minuscules, dans des hangars sans fenêtre pouvant contenir jusqu'à 70 000 oiseaux.
Les cages de batterie sont si petites que les poules ne peuvent ni ouvrir leurs ailes, ni marcher ou se retourner.

"Dans ces conditions de privations intenses, les poules pondeuses endurent un an de détresse physiologique et comportementale."
Le stress engendre des comportements de picage des plumes et de cannibalisme. Pour prévenir ces comportements, on coupe le bec des poussins à la lame chauffante (débecquage)
. Cette opération réalisée sans anesthésie, provoque des souffrances intenses, et souvent durables.

"Sélectionnées et poussées à pondre à la cadence la plus intensive, les poules pondent aujourd'hui près de 300 œufs par an."
Cette hyperproduction (nécessitant  beaucoup de calcium pour la coquille) entraine des problèmes d'ostéoporose qui évoluent 
en paralysie occasionnant souffrances, amaigrissement et lente agonie (30 à 35 % des décès survenant en cages de batterie).

Sur le site, de plus amples explications et la vidéo  d'un élevage de batterie. Allez-voir, c'est édifiant! (Elle est un peu longue mais vous pouvez regarder directement la 2ème moitié.)
On vous explique également comment vous pouvez agir.

Et sur le site ASBL Lovely, une pétition contre le débecquage des poules.


Alors, si vous vous préoccupez de la façon dont votre nourriture est produite, achetez des œufs de poules élevées en plein air, ou mieux, biologiques.


"Et les coqs?" vous demandez-vous " Ils finissent à la casserole?"
Et bien pas du tout. (âme sensible s'abstenir):
"Contrairement à une idée reçue, les poules pondeuses ne sont pas les femelles des poulets «de chair». [...] Ainsi comme ils ne sont pas considérés comme rentables pour la production de poulets de chair, les poussins mâles des races de poules pondeuses sont triés après l'éclosion, puis tués par gazage ou par broyage."


Conclusion: Manger un oeuf n'est pas anodin. Alors pas de gâchis et consommez avec modération.

 

 

 

 

Repost 0
19 mai 2008 1 19 /05 /mai /2008 20:23
Tearoom or not tearoom ou les fabuleuses aventures d'une créatrice de salon de thé


Chapitre 4:
 La réalité c'est comme le rêve, en plus fatigant!


Comme indiqué au chapitre précédent, j'ai enfin trouvé (et effectué) un stage dans un salon de thé... ou plus exactement une pâtisserie-salon de thé-glacier-petite restauration.

Côté glacier:
Quand vous voulez acheter un cornet de glace artisanale, vous regardez à travers la vitrine les dizaines de bacs de glace bombés qui s'offrent à vous, sans vous poser d'autre question que celle du parfum que vous allez choisir.

Le miracle, tous les jours renouvelé, qui fait que les bacs sont toujours remplis dans une vitrine étincelante, ne vous effleure même pas l'esprit. Pourtant, chez moi, quand j'achète de la glace, je me retrouve rapidement à gratter le fond du bac pour réaliser une ultime boule vanille. Alors?

Le miracle, c'est en fait une vendeuse, en l'occurrence cette semaine c'était moi, qui arrive à 8H tous les matins.
Elle commence par sortir les 2 vitrines sur le trottoir.
Puis toujours sur le trottoir, à 8H30 par temps frais et en jupe (je vous le rappelle), elle les astique pour éliminer les coulures de glace de la veille.
Enfin elle reprend chaque bac de glace l'un après l'autre, en s'en mettant partout au passage. Elle lisse ceux qui sont peu entamés pour leur redonner une belle apparence et complète ceux qui sont à moitié vides. Tout ça pendant facilement 2 heures.

Dans mon salon de thé, je vendrai des glaces, c'est sûr. Mais maintenant que je sais le boulot que ça donne, je réfléchirai à 2 fois avant d'opter pour une vitrine.



Côté salon de thé:
En plus de prendre les commandes et servir, avec le sourire s'il vous plait, je suis devenue imbattable sur le maniement de la machine à café.
Café, double, serré, crème ou allongé n'ont plus  de secret pour moi. Il me reste juste une petite lacune: le café "noisette", kesako?


Côté petite restauration:

11H: laver 3 ou 4 salades, couper tomates et concombre, disposer toutes les crudités sur le buffet.
12H-14H: Mettre le couvert en demandant à ces messieurs-dames ce qu'ils souhaitent boire. Servir le plat, toujours avec le sourire. Proposer un dessert sans oublier de débarrasser. Ne pas se laisser envahir par la vaisselle sale et la vaisselle lavée.
Bon je reconnais, je n’étais pas toute seule pour faire tout ça.


Conclusion:
La réalité est conforme à mes rêves, en beaucoup plus fatigant! Ca m'a beaucoup plus!!! Je ne me suis pas ennuyée un seul instant. Mais j'ai fini la semaine sur les genoux.
Le plus important, c'est que je me sois rendue compte qu'avec moitié moins de tables, c'était tout à fait gérable.
Repost 0
Published by Corinne - dans La boutique
commenter cet article
13 mai 2008 2 13 /05 /mai /2008 14:57

undefinedTearoom or not tearoom ou les fabuleuses aventures d'une créatrice de salon de thé


Chapitre 3:
 Du rêve à la réalité


J'ai l'idée, elle est ici. Elle n'est pas complètement farfelue, la preuve . Mais il reste à vérifier que ma vision des salons de thé n'est pas à 100 lieus de la réalité. Pour cela, il n'y a pas 36 moyens: il faut que je fasse un stage.

Me voilà courant (façon de parler) de salon de thé en salon de thé pour trouver le patron charitable qui m'accueillera.

Après avoir essuyé beaucoup de refus, je trouve une personne qui accepte. Elle doit juste me rappeler pour définir les dates... Un an après, j'attends toujours son coup de fil (et ce n'est pas faute de lui avoir laissé des messages).

Je repars à la recherche. Et je trouve quelqu'un qui est d'accord pour me prendre en stage, mais plus tard parce qu'il vient d'embaucher une apprentie, parce qu'il va faire une foire, il fait des travaux, il va embaucher un cuisinier... J'abandonne.

Ayant écumé sans résultat tous les "vrais" salons de thé de Grenoble, je repars à la pêche, cette fois dans les pâtisseries-salons de thé. Et là, bingo! Me voila pour une semaine au salon de thé Les Ecrins à Grenoble.

Au programme:
- Jupe obligatoire! Moi qui avais profité des soldes pour m'acheter de beaux pantalons, me voila repartie en catastrophe faire du shopping.
- Je commence tous les jours à 8H, ce qui veut dire partir de chez moi à 7H, donc levée à 6. Dur! Dur!
- De 8H à 14H non stop. J'ai faim!!! Ou 8H-12H et 15H30-19H30. J'ai sommeil!!!

Je vous raconterai tout ça...


Repost 0
Published by Corinne - dans La boutique
commenter cet article
10 mai 2008 6 10 /05 /mai /2008 20:10

Voici le défi de cette semaine, sur le blog CarteManiak': réaliser une carte Vintage.
Le vintage est un style particulier où on utilise des images et des matières anciennes, des couleurs passées...

La fête des mères approchant, c'est le thème que j'ai choisi.

Matériel utilisé:
- Carte double rouge
- Papiers et die cuts daisy d's
- Sticker doré Starform
- Encre chalk Yellow Citrus colorbox
Repost 0
6 mai 2008 2 06 /05 /mai /2008 13:34

Le week-end dernier, le soleil éclatant et la nature verdoyante étaient une invitation à flâner.

D'habitude nos pas (ou plutôt ma voiture) nous mènent dans le Vercors. C'est proche, c'est haut et c'est beau!
Mais cette fois, j'avais envie de changer. Nous nous sommes donc aventurés dans les collines de l'autre côté de la vallée de l'Isère.


Une adorable petite vallée nous mène au col de Toutes Aures, située à 630m d'altitude.



De là, direction la table d'orientation qui offre un point de vue sur les trois massifs qui entourent Grenoble: la Chartreuse à gauche, Belledonne au centre (en vrai, c'est plus probant que sur la photo) et le Vercors à droite.

Nous avons alors chaussé nos tennis pour une randonnée qui nous a mené jusqu'à Chasselay. Le sentier suit la crête, en bordure de la forêt des Chambaran, à 700m d'altitude. Il est bordé de prairies qui s'ouvrent sur la vallée, avec les montagnes en toile de fond.

En chemin se trouve la chapelle Saint-Alban qui fut un lieu de pèlerinage pour guérir les maladies de peau.



C'est sur le chemin qui descend vers Chasselay que nous nous sommes arrêtés, nos estomacs criant famine (surtout le mien).
Voici mon homme parti à la recherche d'un coin d'ombre pour le pique-nique.


Conclusion: c'est une promenade MA-GNI-FIQUE qui nous reverra souvent.
Repost 0
Published by Corinne - dans Au jour le jour
commenter cet article
2 mai 2008 5 02 /05 /mai /2008 15:20

undefinedTearoom or not tea room ou les fabuleuses aventures d'une créatrice de salon de thé


Chapitre 2:
 No money, no honey


J'ai donc trouvé la bonne idée, celle qui fait rêver et se lécher les babines! Celle que je veux mettre à exécution. Pour ceux qui n'ont pas suivi, je vous renvoie au chapitre 1

Malheureusement, il ne suffit pas d'avoir trouvé l'idée géniale, encore faut-il qu'elle soit réalisable et rentable.

Pour le savoir, direction la CCI de Grenoble où je vais faire une formation pour les créateurs d'entreprise
 . Pendant 3 mois, j'enchaine des cours intéressants (et parfois indigestes) sur le marketing, la gestion, la comptabilité et le droit.


2.1. L'étude de marché ou Elle est pas bonne mon idée?

Une fois déterminée la ville où je souhaite m'installer, il me faut répondre à trois questions:

1) Quel est l'état de la concurrence?
Pour savoir s'il y a une place pour mon salon de thé, j'ai étudié la concurrence directe et indirecte (salon de thé, bar, restauration rapide...), ses tarifs, sa fréquentation, sa localisation...

2) Y a-t-il une clientèle potentielle?
Là, rien de tel qu'un questionnaire, élaboré par mes soins, sur les habitudes et les besoins de la clientèle potentielle ainsi que sur l'intérêt qu'elle porte à mon projet. 
Et me voila dans la rue par un froid matin de janvier (ben oui, la formation a eu lieu en hiver) pour poser mes questions.

3) Quel est l'emplacement idéal?
Pour répondre à une question aussi cruciale, il me faudra bien un chapitre entier.


2.2. Le business plan ou Combien ça va couter cette histoire?

Là, je vais parler chiffres. Pour ceux à qui ça donne de l'urticaire, vous pouvez passer directement à la conclusion, ça ne me vexera pas.
Pour les autres, en bref et pour faire simple, le business plan est composé du
bilan de départ et du compte de résultat.

Le bilan de départ, c'est:
-  d'un côté les besoins de départ tels que les investissements (achat du pas de porte ou des murs, travaux, mobilier, équipements...), le stock (principalement des dizaines de kilos de thés de toutes sortes), la trésorerie de départ....
- et de l'autre les apports: principalement ce que je peux sortir de ma poche et ce que je peux sortir de la poche des autres (famille, banquiers, euromillion...).
Bien sûr, le but du jeu est que les 2 côtés soient égaux.

Le compte de résultat, c'est:
- d'un côté le chiffre d'affaire HT: les soussous qui vont sortir de la popoche de mes gentils clients pour tomber dans la mienne, auxquels j'enlève 20% de TVA que je vais gentiment verser dans la popoche de l'état (soit ventes-20%),
- et de l'autre les charges HT: les même soussous qui vont sortir de ma popoche pour garnir celle de mes nombreux et non moins gentils fournisseurs (loyer, électricité, téléphone, matières premières, comptable, taxes et charges sociales en tout genre...).

Si le chiffre d'affaire excède les charges, bingo, je tire un bénéfice. Dans le cas contraire, il faut que je revoie ma copie ou que je passe à autre chose.

Le business plan est un exercice difficile car il faut évaluer son chiffre d'affaire théorique en fonction de sa clientèle théorique. Et il faut évaluer ses charges théoriques en fonction des prix du loyer, du gaz, des matières premières... théoriques.


2.3. Conclusion de cette histoire

Ca semble être une vraie bonne idée! Ouf!

L'étude de marché a confirmé l'existence d'une clientèle potentielle. Le compte de résultat a montré que je pourrai tirer un petit bénéfice. Oui, petit, je suis encore loin de 2.000€ par mois. Mais quand on aime, on ne compte pas...

Il me reste juste à trouver une petite centaine de milliers d'euros pour mes besoins de départ et un local bien placé. Une broutille quoi.

Repost 0
Published by Corinne - dans La boutique
commenter cet article
22 avril 2008 2 22 /04 /avril /2008 21:05
Décidément, la pelouse derrière chez moi est pleine de surprises.



Après les clochettes blanches en mars, voici les clochettes bleues d'avril.
Repost 0
Published by Corinne - dans Au jour le jour
commenter cet article
10 avril 2008 4 10 /04 /avril /2008 19:29
Je suis heureuse de vous présenter Kenza, mon chat du voisin.


En fait, tout a commencé au printemps dernier!

J'entends de petits miaulements désespérés provenant du dehors. Après enquête, je découvre une petite boule de poils de 3 mois sur le balcon de notre nouveau voisin.
Je lui fais un petit câlin, mais pas trop longtemps, de peur qu'elle ne cherche à franchir les 0,5m de vide qui séparent nos 2 balcons (situés tout de même au 2ème étage). 
Je me suis à peine éloignée de 3 pas que je la vois filer entre mes pattes pour aller explorer notre appartement.

Depuis, mademoiselle se croit chez elle chez nous et elle se promène d'un appartement à l'autre au gré de ses envies (et des fenêtres ouvertes). Et comme notre première rencontre le laissait supposer, elle a de la voix et sait se faire entendre!



Ce jour là, Kenza nous a prouvé qu'elle est une véritable enfant de Vinay! Elle a préféré dormir sur un tas de noix  plutôt inconfortable (quitte à changer de position toutes les 5 minutes) plutôt que sur un canapé moelleux.
Repost 0
Published by Bergamote - dans Au jour le jour
commenter cet article
31 mars 2008 1 31 /03 /mars /2008 18:40
Regardez la jolie plante qui a poussé dans la pelouse, derrière chez moi. Au début, il y avait 3 fleurs, mais la neige a eu raison de l'une d'elles.

     





















Si vous connaissez son nom, n'hésitez pas à laisser un commentaire!!!
Repost 0
Published by Corinne - dans Au jour le jour
commenter cet article
26 mars 2008 3 26 /03 /mars /2008 10:02

Tiens! Il y a longtemps que je ne vous ai pas montré mes créations. Il faut dire qu'au rythme d'une carte par mois, il n'y a pas de quoi remplir un blog. MDR

En mars, Pâques a été l'occasion de créer une carte... de Pâques.  D'autant que c'était le thème d'un concours sur le nouveau magazine Passion Cartes créatives.



En février, j'ai réalisé une carte pour les amoureux, Saint-Valentin oblige, d'après un sketch de Carte maniak'.

 

Et en janvier, l'amitié était à l'honneur.
Repost 0

  • : SALON DE THE BERGAMOTE
  • SALON DE THE BERGAMOTE
  • : Biscuiterie artisanale Thés et infusions biologiques
  • Contact

Les Petits Bonheurs

Biscuiterie artisanale

Thés et infusions bio

 

Rechercher

Où me trouver?

Mes Produits: